Warning: You are using an outdated Browser, Please switch to a more modern browser such as Chrome, Firefox or Microsoft Edge.

Les écoles au Canada



 

Le niveau d’enseignement au Canada est élevé et les expatriés trouveront un assortiment impressionnant de possibilités de scolarisation.  

Il n’existe pas de système national d’enseignement public au Canada, chaque province et territoire est responsable de la gestion de son propre programme scolaire, de la langue, des méthodes d’évaluation et des politiques en matière de responsabilité. La tranche d’âge de scolarité obligatoire est également régulée par les juridictions individuelles et peut varier, bien que la plupart exigent que les enfants fréquentent l’école de six à seize ans. Il existe aussi des écoles privées et internationales au Canada, bien que la vaste majorité des expatriés considèrent que le système éducatif public canadien est convenable.

Les écoles publiques au Canada sont sous la juridiction de chaque province ou territoire respectif. Le programme scolaire de chaque territoire reflète la population de celui-ci et aborde la géographie, la langue, l’histoire et la culture des environs. Par exemple, étant donné que la province du Québec est essentiellement composée d’une population francophone, la langue d’enseignement principale est le français. Le Nouveau-Brunswick suit une politique de langue bilingue, alors que les autres provinces sont anglophones. 

Quelques écoles publiques sont basées sur la foi, principalement le catholicisme, et l’admission dans ces écoles peut nécessiter que l’enfant soit baptisé dans la foi de l’église catholique ou qu’au moins un de ses parents soit catholique. Bien que quelques écoles proposent les programmes scolaires du baccalauréat international ou du Advanced Placement (AP), ce n’est certainement pas la norme.  

Les élèves fréquentent les écoles publiques selon leur circonscription. Par conséquent, il est conseillé aux parents de choisir leur quartier résidentiel selon l’école qui correspond à ce dernier. 

 

Bien que la majorité des citoyens canadiens utilisent le système éducatif public gratuit, les expatriés qui peuvent se le permettre peuvent aussi envisager les écoles privées pour leurs enfants, dont les écoles internationales, les écoles militaires et les écoles pour les enfants qui ont des besoins particuliers. 

Ces institutions sont essentiellement financées par les frais de scolarité et des donneurs privés. Dans beaucoup de pays, on présume qu’elles ont de meilleures infrastructures, qu’elles proposent un plus large choix d’activités extra-scolaires et que le nombre d’élèves par classe est plus petit. 

Les écoles privées ne sont pas contraintes de suivre les directives des rectorats provinciaux. Elles peuvent élaborer leur propre programme scolaire. Certaines revendiquent leur affiliation à différentes langues, méthodes d’enseignement et différents systèmes de valeur religieux. Ce point en particulier peut être important pour les expatriés qui préfèrent que leurs enfants poursuivent leur apprentissage dans leur langue maternelle, selon le programme scolaire de leur pays d'origine ou selon une philosophie pédagogique en particulier. 

Les listes d’attente pour les écoles privées peuvent être longues et les critères d’admission stricts. Il est donc préférable d’effectuer les demandes d’inscription aussi tôt que possible.