Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Bien que la Tanzanie soit une économie en voie de développement, le gouvernement a donné la priorité à l’enseignement depuis l'indépendance du pays en 1961. Malgré l’engagement du pays envers l’enseignement inclusif, le système éducatif public est affecté par des problèmes de manque de financement, de faible accessibilité et d'incapacité à répondre aux besoins des élèves en difficulté d’apprentissage. 

Bien qu'il soit possible pour les élèves expatriés de fréquenter les écoles publiques locales, la plupart des familles expatriées optent pour des écoles internationales puisque ces dernières sont généralement mieux équipées pour satisfaire les besoins uniques des enfants expatriés. Les tanzaniens les plus fortunés préfèrent également envoyer leurs enfants dans des écoles privées ou internationales.

Bien que la réussite académique soit hautement appréciée au sein de la société tanzanienne, les écoles publiques, en particulier celles situées dans les zones plus rurales du pays, ont des difficultés à respecter les normes de base requises. Les infrastructures sont rudimentaires, le nombre d’élèves par classe est élevé et les enseignants ne reçoivent pas toujours une formation suffisante. Les écoles publiques en Tanzanie ne facturent que des frais de scolarité minimes pour couvrir le coût des uniformes et des fournitures.  

La langue d'instruction principale dans les écoles publiques en Tanzanie est le kiswahili et l’anglais est enseigné en tant que deuxième langue. Cependant, étant donné que la plupart des élèves locaux n'ont aucune connaissance antérieure de l’anglais, les niveaux sont en général peu élevés. La barrière de la langue et la faible qualité des infrastructures en place dans ces écoles font que la scolarité publique n’est pas une option viable pour la plupart des familles expatriées. 

Les habitants locaux qui ont les moyens d’envoyer leurs enfants dans des écoles privées en Tanzanie le font souvent. Bien que les écoles privées suivent tout de même le programme scolaire national, leurs programmes anglophones sont en général meilleurs. De plus, ces institutions proposent souvent un nombre d’élèves par classe plus petit, de meilleures normes d’enseignement et des infrastructures plus adaptées. 

Toutefois, la demande de places dans les écoles privées est généralement élevée parmi la population, en particulier parce que les élèves qui ne réussissent pas l’examen de fin d'école primaire ne peuvent pas fréquenter une école publique secondaire.  

Pour la plupart des familles expatriées qui déménagent en Tanzanie, les écoles internationales sont l'option la plus simple et il existe un vaste choix d’écoles dans la plupart des grandes villes telles que Dar es Salaam et Arusha. 

Ces institutions suivent soit le programme scolaire de leur pays d'origine, soit un programme reconnu mondialement, comme le baccalauréat international ou le IGCSE. La plupart des écoles internationales en Tanzanie enseignent en anglais.  

Le niveau d’enseignement dans ces écoles est excellent et le nombre d’élèves par classe est plus petit.  Les enfants tirent également profit de la possibilité d’étudier aux côtés d’autres élèves expatriés qui partagent les mêmes expériences en ce qui concerne la vie dans un nouveau pays. Les parents ont aussi la chance de pouvoir créer des liens avec d’autres familles expatriées nouvellement arrivées dans le pays.  

Les frais de scolarité dans les écoles internationales en Tanzanie sont élevés. Il est donc conseillé aux expatriés de prévoir le budget adéquat et d’envisager de négocier une allocation scolaire pour couvrir les frais de scolarité lors de la négociation de leur contrat avec leur employeur. Les listes d’attente dans les écoles internationales les plus prisées sont généralement longues. Il est donc sage d’entamer la procédure de demande d’inscription à l’avance.