Warning: You are using an outdated Browser, Please switch to a more modern browser such as Chrome, Firefox or Microsoft Edge.

Les exigences et les procédures pour obtenir un visa pour l’Italie varient en fonction de la nationalité de la personne et de la raison pour laquelle elle se rend en Italie.  

Les citoyens de l’UE et ceux d'une liste de pays désignés établie par le gouvernement italien sont autorisés à entrer sur le territoire italien sans visa pour une période allant jusqu’à 90 jours. Les citoyens des pays ne figurant pas sur cette liste doivent faire une demande de visa Schengen pour pouvoir se rendre en Italie dans le cadre du tourisme ou à des fins professionnelles.  

Par ailleurs, les expatriés des états membres de l’UE peuvent également travailler légalement en Italie sans permis de travail. Tout ce qu'ils ont à faire, c’est demander une carte de séjour qui leur facilite l'accès aux formalités administratives et leur permet d'accomplir des tâches essentielles comme ouvrir un compte en banque. Cependant, les ressortissants de pays hors UE doivent faire face à  une procédure bureaucratique plus rigoureuse s'ils souhaitent travailler et résider en Italie.   

 

Il existe deux principaux types de visa pour l’Italie. 

  • Le visa Schengen uniforme (VSU) ou de type C est un visa de court séjour valable jusqu’à 90 jours. Il permet de voyager en Italie et dans d’autres états membres de l’espace Schengen. 
  • Le second type de visa est le visa national (NV) ou de type D. Il s’agit d'un visa d’entrée de long séjour qui permet au titulaire de séjourner en Italie pour des raisons spécifiques, telles qu’étudier dans le pays. Le visa de type D autorise également les voyages dans d’autres pays de l’espace Schengen. 
  • Les visas de type C et D appartiennent à plusieurs catégories différentes telles que les visas d’affaires, les visas d’études et les visas vacances-travail. Chacun de ces visas a des exigences spécifiques.  

Les visas Schengen autorisent l’accès à certains autres pays européens. Les demandeurs doivent déclarer dans quel(s) pays ils souhaitent se rendre au moment où ils effectuent la demande.  

Les expatriés qui ne sont pas citoyens d’un état membre de l’UE mais qui souhaitent vivre et travailler en Italie doivent faire une demande de permis de travail.  

Chaque province d’Italie a un bureau dédié à tout ce qui concerne l’immigration (Sportello Unico per l’Immigrazione).  Ces bureaux sont responsables de toute la procédure d’embauche des travailleurs étrangers en Italie.  Avant qu'une demande de permis de travail ne puisse être effectuée, l’employeur italien de l’expatrié doit d’abord demander l’autorisation (nulla osta al lavoro) au centre de l’immigration le plus proche. 

Après que l’employeur ait reçu l’autorisation d’embaucher un travailleur étranger, l’expatrié peut déposer une demande de permis de travail italien auprès de la mission diplomatique italienne locale. Une fois que la demande a été traitée, le demandeur se voit remettre un visa d’entrée qui lui donne le droit soit de voyager en Italie pour déposer sa demande de permis de travail et de séjour, soit de faire la demande depuis son pays d’origine.  

En fonction de la nationalité du demandeur, il est possible qu'il puisse faire une demande pour ce permis après être arrivé en Italie. Dans tous les cas, tous les expatriés qui ont l'intention de travailler et vivre en Italie doivent se signaler auprès du bureau de l'immigration local dans les huit jours qui suivent leur arrivée en Italie. L’inscription peut aussi se faire à un bureau de poste dans certaines provinces.  

Le permis de séjour est délivré au commissariat de police local du nouvel arrivant. Il faut pour cela remplir un formulaire de demande qui détaille le type de permis requis et fournir une preuve d’identité, une empreinte digitale et des photos.  

Il existe différents types de permis de travail, mais la plupart sont généralement délivrés pour au moins un an. Les demandeurs sont également dans l’obligation de signer un accord avec le Ministère de l’intérieur italien (Ministero Dell’Interno) par lequel ils acceptent de remplir certains objectifs d’intégration comme suivre des cours de langue italienne.  

Toute personne qui a l’intention de séjourner en Italie pendant plus de 90 jours doit faire une demande de permis de séjour.  

Les expatriés doivent prouver qu'ils ont une raison légitime de séjourner en Italie. Celle-ci déterminera la période de validité du permis. Par exemple, un permis de séjour peut être délivré pour un travail saisonnier, des études, ou un travail indépendant, un emploi à durée indéterminée, ou le regroupement familial, valable jusqu’à deux ans.

Les expatriés doivent demander le renouvellement de leur permis de séjour au moins 90, 60 ou 30 jours avant la date d’expiration, en fonction de la durée pour laquelle le permis a été accordé.