Warning: You are using an outdated Browser, Please switch to a more modern browser such as Chrome, Firefox or Microsoft Edge.


La vie d’expatrié : les étapes d'un choc culturel et comment y parer


08 mai 2018
 
Nous utilisons l’expression « choc culturel » avec tant de désinvolture dans le monde moderne, qu'il est facile d'oublier qu’il s’agit d'une difficulté psychologique reconnue dont souffrent beaucoup de personnes qui se retrouvent dans un milieu inconnu.  L’anthropologue canadien Kalervo Oberg a défini le choc culturel comme étant une « maladie professionnelle dont souffrent les personnes qui émigrent vers l'étranger de manière soudaine.  Comme la plupart des maladies, elle a des symptômes, des causes et un remède ».  
Comme beaucoup de pathologies psychologiques, le choc culturel comporte plusieurs étapes.  Certaines personnes traversent ces étapes de manière linéaire. Pour d’autres, l'ordre et les intervalles de temps peuvent varier.  Peu importe la manière ou le moment où vous souffrez d’un choc culturel, souvenez-vous que vous pouvez entreprendre des démarches pour réduire ses effets. Ce n’est qu'une passade. 
Cette phase se produit généralement au début de la vie d’expatrié, quand tout est nouveau et fascinant et que vous avez la certitude d’avoir pris la meilleure décision de votre vie en déménageant à l'étranger.  Il y a des chances pour que vous vous familiarisiez avec votre nouvel emploi et que vous passiez vos jours de congé à découvrir les environs. Cette phase peut durer des jours, des semaines, voire des mois. 
Si vous êtes habitué à voyager dans d’autres pays pour les vacances, vous avez peut-être déjà vécu cela d'une certaine manière.  Cela débute en général par quelque chose d’anodin, comme ne pas trouver son chemin, ne pas comprendre quelqu'un, ou ne pas savoir utiliser les transports en commun. Cependant, cela peut vite s’intensifier lorsque vous démêlez certains aspects pratiques comme inscrire votre enfant à l'école ou échanger avec les agences gouvernementales.  Pendant cette période, vous pourriez ressentir le mal du pays pour la première fois et une envie de retrouver le confort et le caractère familier de votre pays.  Vous êtes également susceptible de souffrir de la dépression de l’expatrié pendant cette période.  
L’avantage, c’est que la période de crise dure rarement.  Avec le temps, vous vous sentirez probablement plus à l’aise dans votre nouvel environnement.  Il s’agit de la phase d’ajustement. Au début, il peut s’agir de petits exploits, comme commander un dîner au restaurant dans la langue du pays.  Tandis que les semaines et les mois défilent, vous pourriez vous retrouver à avoir une conversation entière avec un client ou quelqu'un au travail dans la langue du pays.  Durant cette phase, vous commencez à vous adapter à votre nouvelle culture, qu’il s’agisse d’apporter des collations pour une longue file d’attente ou partir tôt pour prendre les transports en commun à l’heure.  De manière générale, les choses qui auparavant vous agaçaient ne vous importunent plus autant.  
Enfin, plusieurs mois ou années après avoir emménagé, vous atteignez la phase d’acceptation durant laquelle vous vous sentez à l’aise dans votre nouvel environnement culturel.  Cela ne veut pas dire que vous êtes d’accord avec la manière dont les choses fonctionnent dans votre nouveau pays, mais que vous avez trouvé des moyens de vous adapter et avez réalisé que vous n’avez pas besoin de tout comprendre pour pouvoir y travailler et y vivre avec succès.   
Bien que le choc culturel soit un processus, il peut représenter un défi lors d’une période pendant laquelle vous avez beaucoup de choses à gérer.  Il existe des moyens pour vous de parer aux émotions liées au choc culturel.

Renseignez-vous sur les étapes du choc culturel : si vous n’avez pas encore déménagé, vous avez une longueur d’avance.  Cela vous aidera de deux manières. Premièrement, prévoir les choses joue un rôle important dans la diminution du stress. Deuxièmement, avoir conscience d’un problème potentiel nous permet de trouver des solutions.      

Faites des recherches sur votre nouvelle culture : lisez autant que vous le pouvez, posez des questions sur des forums liés à l’expatriation, pas seulement sur des sujets simples, mais aussi sur des détails qui concernent la vie quotidienne comme :

  • Comment les gens se saluent-ils ? 
  • Comment doit-on s’habiller ? 
  • Quels sont les horaires de repas ?
  • A quel moment de la journée les gens se rendent-ils visite ? 
  • Quels sont les contacts physiques qui sont convenables en public ?

Comprendre ce genre de détails avant de partir vous empêchera de commettre des erreurs involontaires lorsque vous arriverez à votre destination. 

Soyez optimiste : dites-vous que vous allez profiter de cette expérience, un jour à la fois.  Il a été démontré que cela a un effet positif sur votre installation dans votre vie à l’étranger. 

Acceptez votre nouvelle culture : même si vous éprouvez des difficultés sur certains aspects, n’essayez pas de la comparer avec votre propre culture.  A la place, acceptez-la comme étant différente et faites ce qui est en votre pouvoir pour vous adapter. 

Soutien social : des études ont démontré qu’avoir des amis sur lesquels on peut compter pendant des périodes de stress peut nous aider à surmonter ces épreuves bien mieux que les personnes qui n’en ont pas. Si vous êtes récemment expatrié, vous pourriez ne pas encore avoir de réseau social dans votre nouveau chez vous.  Si c’est le cas, essayez de garder le contact avec vos amis et votre famille dans votre pays d’origine pour leur parler de ce que vous ressentez.  

Vivre en tant qu’expatrié peut parfois être un moment éprouvant, mais aussi l’un des événements marquants de votre carrière si vous y êtes préparé et l’envisagez avec optimisme.   Si vous avez besoin de soutien supplémentaire quand vous vous installez, assurez-vous que votre  couverture santé internationale comprend un programme d’aide aux expatriés pour que vous ayez accès à des services professionnels si vous en ressentez le besoin.