Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

 

 

 

Partir en vacances ou rentrer "à la maison" ?


01 juillet 2020
 

Le coronavirus a bouleversé l'organisation des vacanciers du monde entier. Restrictions de voyage, annulations de vols, incertitudes face à des périodes de confinement à venir dans certaines zones...signifient que les vacances ont été annulées ou reportées pour nombre d’entre nous.

 

La communauté des expatriées n’est pas épargnée, et leurs vacances ont aussi été remises en cause. En cette année particulière, les expatriés ressentent le besoin d’être physiquement avec leurs proches et dans un lieu familier, et souffrent encore plus de ne pas pouvoir rentrer chez eux.

 

Cependant, les restrictions de voyages internationaux ont résolu leur dilemme annuel. Tous les ans, les familles d’expatriés doivent prendre une décision difficile. Ils décident soit de passer des vacances « traditionnelles » dans leur pays d'accueil ou ailleurs, soit de rentrer chez eux pour voir leurs proches. Les ressources financières et le nombre de jours de congés payés ne permettent pas à toutes les familles expatriées de faire les deux.

La situation est encore plus compliquée lorsque les familles de chaque parent sont de régions ou pays différents. Il faut alors organiser deux « retours à la maison ».

 

Bien évidemment, les expatriés ont envie de rentrer voir leurs proches, de rendre visite à leurs amis, et de voir leurs enfants retisser un lien avec leurs grands-parents. Mais la plupart d’entre eux éprouvent souvent un léger ressentiment lorsqu’ils rentrent chez eux. Le fameux « tu rentres nous voir bientôt? » lors des appels à leurs proches, crée chez les expatriés un sentiment d'obligation à rentrer chez eux. Toute décision contraire s’accompagne donc de culpabilité. Rentrer chez soi peut aller à l’encontre des envies et des idées de voyages d'un(e) expatrié(e), ou être en décalage par rapport aux envies de leurs enfants ou conjoint(e), ce qui peut ensuite créer des conflits familiaux.

 

La solution pour de nombreux expatriés est de transformer un « retour à la maison » en vraies vacances. Ils choisissent ainsi un lieu de vacances dans leur pays d'origine, et leurs proches doivent aussi voyager pour les y retrouver. De cette manière, les familles expatriées pratiquent des activités qui leur plaisent, tout en passant du temps avec leurs proches et en profitant de de la vie, ce qui est essentiel pendant les vacances. La famille expatriée évite aussi les longues heures passées sur la route à essayer de rendre visite à tous les membres de la famille et aux amis.

 

Cette année, le sort a peut-être pris la décision pour vous. Si rentrer chez vous n’est plus une option, optez sans culpabilité pour des vacances de proximité ou explorez la destination qui vous intéresse depuis si longtemps.

 

De nombreux expatriés ont choisi leur pays d'accueil sur des critères tels qu’une météo agréable, une qualité de vie enviable, une culture palpitante, et beaucoup de soleil et de plages. Pourtant, le travail, la vie de famille et autres engagements ne leur ont pas vraiment permis de profiter de ces avantages. Vous avez maintenant l’opportunité de profiter pleinement de votre pays d'accueil.

Vous êtes d'ici maintenant, devenez donc un touriste déculpabilisé cet été.